Le vol en deltaplane

Mercredi, novembre 5, 2014

L'aile
Le deltaplane se pratique sans moteur. Il est composé d'un aile souple ou rigide pouvant atteindre les 18 de finesse pour les plus performants. La finesse est le rapport distance parcourue/Hauteur perdue. "Simple surface" pour les ailes de débuts ou "double surface" et sans mâts pour les performants, il existe quantité de modèles différents mais qui on tous la forme d'une aile de type "Delta".
Il est piloté grâce a un simple trapèze et le pilote est allongé nez au vent dans un harnais suspendu par une sangle à la quille centrale de l'aile.
C'est le déplacement pendulaire du poids du pilote qui permet :
- de mettre en virage à droite (mettre le poid à droite) ou à gauche (mettre le poid à gauche),
- de ralentir (pousser sur le trapèze) ou accélerer (tirer sur le trapèze).

Le décollage et l'atterrissage se font à pied grâce à quelques bons pas de courses.
On décolle face au vent, d'une hauteur d'au moins 100m : généralement d'une montagne ou une haute vallée mais ce peut aussi être une dûne ou une simple coline...
On se posera toujours face au vent, sur un terrain sans obstacles de la taille minimum d'un terrain de football.

Le vol
De la même manière que les rapaces, les planneurs ou les parapentes, le pilote de deltaplane exploite les ascendances dynamiques et thermiques de l'atmosphère afin de prolonger son vol planné.

Une ascendance dynamique est le déplacement d'une masse d'air (vent) vers le haut dû au relief du sol : L'air va monter face à la pente exposée au vent.
En vol libre on exploite cette ascendance en volant paralèllement à la pente. Le gain d'altitude qu'elle procure permet d'atteindre les ascendances thermiques.

 


Une ascendance Thermique est le déplacement vertical d'une masse d'air chauffée au contact d'un sol lui-même réchauffé par ensoleillement. D'abord de simples bulles en surface, elles s'amalgament avec l'altitude en colonne tel des ascenseurs.
Elles sont généralement situées sous des nuages de beau temps, nos chers cumulus qui permettent entre autre de les deviner.

 



 

Lorsque l'on croise ce type d'ascendance, on l'enroule dans une trajectoire en spirale qui permet de rester dans cette colonne et atteindre la base des nuages.
Une fois en altitude on peut alors partir en transition. La transition est un vol linéaire et rapide vers une autre ascendance.

De solides connaissances en aérologie sont nécessaires à la réalisations de vols de durée ou de distance.
Une bonne lecture de la météorologie permet de repérer et d'anticiper une bonne journée de vol.

 

Quelques records remarquables

Dustin Martin, pilote des États-Unis, est recordman de distance avec 765 km couverts en 10 heures 30 minutes ; record établi le 3 juillet 2012 à Zapata au Texas en compagnie de Jonny Durand Jr.(759 km). Ils détrônent ainsi le record de Manfred Ruhmer de 701 km réalisé en 2001 au même endroit.

L'Autrichien Tom Weissenberger, vice-champion d'Europe 2010 et 2008, a établi, le 12 novembre, un nouveau record du monde en deltaplane : 353 km aller-retour entre le désert d'Atacama et l'océan Pacifique sud, au Chili

De nombreux records ont été établis en France, au travers des Alpes, avec des vols de plus de 300 kilomètres.

 

Tags: